EnergiaEuropaMarocco

ITALIE-MAROC: TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, NOUVEAU PROTOCOLE D’ACCORD

Promouvoir le renforcement des capacités, le transfert de technologie et l'assistance technique, le partenariat public-privé

L’Italie et le Maroc ont signé un nouveau Protocole d’Accord sur les questions environnementales, en marge de la huitième édition du “Rome Med Dialogues”, dans le but de mettre en œuvre des projets et programmes conjoints, de promouvoir le renforcement des capacités, le transfert de technologie et l’assistance technique, le partenariat public-privé. Le renouvellement du protocole quinquennal, qui a expiré le 21 juillet dernier, a été signé par le ministre de l’Environnement et de la Sécurité Énergétique, Gilberto Pichetto Fratin, et par la ministre de la Transition énergétique et du Développement Durable du Royaume du Maroc, Leila Benali, et prévoit un élargissement des secteurs et des domaines d’application aux énergies renouvelables et à la transition énergétique.

Le nouveau mémorandum, comme l’explique le ministère de l’Environnement italien dans une note, faisant référence aux objectifs des trois Conventions de Rio (UNFCCC, UNCCD et CBD) et de l’Agenda 2030, répond aux nouvelles procédures de coopération internationale introduites par le ministère de l’Environnement et de la Sécurité énergétique, pour renforcer les phases de suivi et d’évaluation des projets en vue d’une plus grande transparence, traçabilité, efficience, efficacité et appropriation des initiatives promues. Parmi les principaux domaines de collaboration, il y a la lutte contre le changement climatique et la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN), la protection de la biodiversité, la gestion intégrée des zones côtières, la prévention et la réduction de la pollution marine par les hydrocarbures, la gestion durable et intégrée des ressources en eau, la transition énergétique et les énergies renouvelables.

«Grâce à ce protocole, nous pourrions donc poursuivre notre coopération pour la protection de la biodiversité, dans la lutte contre la désertification et pour la restauration du territoire et contribuer de manière significative au processus de transition énergétique vers des sources vertes et renouvelables dans la région de la Méditerranée», lit-on dans la note.

Le Mémorandum devrait donc permettre aux deux pays de renforcer leur coopération en tant que levier d’un développement durable mutuellement bénéfique, et devrait se traduire par la croissance d’opportunités économiques et sociales qui tiennent compte des intérêts et des préoccupations des deux parties. Le Maroc travaille de front sur la transition vers les énergies renouvelables (Rabat vise à 52% d’ici 2030), et a signé il y a moins d’un mois un accord historique de “partenariat vert” avec l’UE pour une coopération sur les énergies renouvelables et le climat, l’environnement et l’économie verte, devenant ainsi le premier pays partenaire à signer un accord avec l’Union dans le cadre du Green Deal européen.

La position géostratégique du Maroc, à 3 heures de vol de Rome et à quelques kilomètres de l’Espagne, ainsi que son réseau de partenariats internationaux (dont États-Unis, Canada, Royaume-Uni, Afrique, pays du Golfe, pays arabes), en font un interlocuteur important. Pour l’Europe c’est un partenaire fiable, au point de bénéficier d’un statut avancé auprès de l’UE depuis 2007. Par ailleurs, selon le Rapport 2022 de l’IRENA:

«Le Maroc est considéré, depuis plusieurs années, comme l’un des pionniers dans le domaine des énergies renouvelables et de l’hydrogène vert».

 

Quelques éléments d’histoire bilatérale

L’histoire des relations entre le Royaume du Maroc et la République italienne remonte à la période des Républiques Maritimes et du Royaume de la dynastie almoravide (1053-1147). (*) Le partenariat Italie-Maroc est régi par plus de 100 accords bilatéraux qui incluent presque tous les secteurs (consulaire, commercial, coopération, culturel, défense, justice). Entre les années 1950 et la fin des années 1980, les relations bilatérales entre les deux pays ont atteint des niveaux de proximité et de collaboration notables avec la signature, le 25 novembre 1991 à Rome, du “Traité d’amitié et de coopération entre l’Italie et le Maroc”. Un document important de 15 articles qui, entre autres, servira de base de référence principale. Plus récemment, le 1er novembre 2019, les deux pays ont signé la déclaration sur le “Partenariat Stratégique Multidimensionnel”. Outre la présence d’une communauté italienne dans le pays, la présence sur le marché marocain se caractérise également par la participation de petites et moyennes entreprises.

(*) Extrait de l’essai “Italie-Maroc : Du traité d’amitié aux accords de coopération culturelle, scientifique et technologique” publié par l’auteur A. El Jaouzi dans le volume “Méditerranée : tradition, patrimoine, perspectives. Une proposition d’innovation et de développement”

Défi méditerranéen

Le renforcement de ce partenariat et de cette coopération bilatérale Italie-Maroc en matière d’environnement est également essentiel pour la Méditerranée. Le changement climatique est l’une des questions les plus complexes et délicates de notre époque, qui implique de nombreuses dimensions – science, économie, société, politique – et qui est un problème mondial, avec un fort impact local et qui sera le défi des siècles à venir. Concrètement, ceux-ci se traduisent par une série de changements dans les territoires où nous vivons tels que l’élévation du niveau de la mer, les changements régionaux des précipitations, les événements météorologiques extrêmes plus fréquents. L’Italie est dangereusement exposée aux dangers et aux problèmes environnementaux existant dans le bassin méditerranéen, qui sont causés par la combinaison des changements d’utilisation des sols, de l’augmentation de la pollution et du déclin de la biodiversité. Le Maroc est également sur la même ligne de risque, affecté à la fois par le changement climatique (désertification, tempêtes côtières et érosion, inondations et réduction des ressources en eau), et par les flux migratoires dirigés vers l’Europe depuis la région du Sahel, qui est la zone la plus touchée par le changement climatique. Les politiques de développement durable des pays méditerranéens doivent donc atténuer ces risques et envisager des options d’adaptation.

Pour l’Europe, soutenir la transition énergétique dans ce domaine, et l’économie circulaire en général, signifierait également ouvrir de nouvelles opportunités d’affaires pour les entreprises européennes, avec des répercussions sur d’autres filières de production telles que les secteurs agricole, industriel et des services. Cela signifierait également contribuer à améliorer les conditions sociales des populations locales en créant de nouveaux emplois et en améliorant les conditions de vie. Une démarche qui favoriserait l’exportation des technologies renouvelables, garantirait la stabilité des échanges énergétiques entre le Nord et le Sud de la Méditerranée, tout en contribuant à la lutte contre le changement climatique. Dans ce cadre, l’Italie, leader de l’économie circulaire en Europe, aurait toutes les chances de relancer le “Made in Italy“.

 

A.El Jaouzi

Article publié dans Babilon Magazine

Copyright © 2022  https://www.abdessamad.org  by Dott. Abdessamad El Jaouzi. All rights reserved

articoli Correlati

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Pulsante per tornare all'inizio